Presse Le Figaro Madame

Les illuminations d’Angèle

D’un moule à cake, elle fait une charmante lampe de bureau, d’un vieux presse-citron, une applique, d’une boîte à œufs, une veilleuse de nuit. Angèle Riguidel détourne les objets d’un quotidien actuel ou passé. Un mode créatif bien dans l’air du temps, si ce n’est que sous ses doigts de fée, la broc, c’est vraiment pas toc…
Par Sandra de Vivies


« Si je veux me faire plaisir, je sors chercher des pièces pour mes lampes ! », lance Angèle Riguidel, comme si elle évoquait un éclair au chocolat de chez Pierre Hermé. Cette joie gourmande se retrouve dans ses fines créations plastiques, qui semblent toutes habitées d’une personnalité. Sa méthode est simple : elle part de l’objet, un pot de confiture ancien, une timbale, un téléviseur 70s ou encore un moule à gâteau, puis invente le luminaire qui va avec. À l’esthétique de la forme, elle applique le système lumineux qui convient à l’usage (luciole, LED, ampoules dès 12 volts…) et au graphisme, car « l’ampoule fait partie intégrante du design de la pièce », précise-t-elle. Dans l’atelier qu’elle a construit au fond de son jardin normand, Angèle travaille avant tout à « ce que celle-ci, toujours unique, soit juste ».

Dernièrement, elle a également conçu une série de lampes à partir d’éléments de vélos et triporteurs fournis par la boutique parisienne Vecto. L’occasion d’une belle exposition en décembre, où l’on pourra également rencontrer cette magicienne qui se plaît à faire le jour et la nuit dans nos vies.

www.angele-riguidel.com

Certaines de ses créations sont en vente chez Serendipity,
The Collection et au Monde sauvage.

madame.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 − 6 =