LA60EMEILE

La soixantième île dans le Morbihan.

OU: Place de la médiathèque à Saint Jean Brévelay, Centre Morbihan

QUAND: résidence de recherche et de création tout le mois de novembre 2021, l’installation durera 1 an.

POURQUOI: projet proposé suite à l’appel à projet de la communauté centre Morbihan, sensibilisation à l’art et la création. Thème : l’accumulation et la société de consommation. 

JOURNAL DE BORD:

Depuis le mois de juillet des recherches ont étés faites pour préparer cette résidence, des impératifs de durées (1 an) , en extérieur et l’exposition aux intempéries, de s’approcher de la nature en utilisant des déchets courants.

Un voyage au mois d’Aout dans le golf du Morbihan avec la visite de l’île d’ARZ a fait évoluer le projet, le coté sauvage avec les ronciers, les algues sont devenus une évidence. La notion d’esthétique est arrivée naturellement, vu qu’on parle de sensibilisation rien de tel que le beau pour attirer l’œil.

Il a fallu faire le relief en palette, meilleure solution pour pouvoir traverser l’île à pied, sécuriser les palettes légères, casser la structure trop linéaire avec des bidons, afin de créer un paysage rocailleux.

les règles du jeux étaient de faire avec ce qui était jeté à la déchetterie, il n’y avait pas beaucoup de matière couvrante verte, coup de chance une exploitation de houblon venait jeter ses bâches, elles ont permis de couvrir le chemin, couvrir des bidons rochers, détissées pour l’herbe fine, quand elles sont détissées et chauffées on s’approche réellement de l’aspect sec de l’été, du foin.

des bâches bleues complètement explosées une fois détissées ont permis de faire de belles algues dégoulinantes. Les Bandes VHS fixées au point noué sur du grillage faisaient des algues noires à l’arrière de l’île, malheureusement elles n’ont pas gardé le tombant, vite elles se sont nouées.

Les fleurs ont été fabriquées avec des pots de yaourts, crème desserts, petits suisses déformés à chaud; les filets de légumes ligaturés, chauffés, tirés, roulés. Pour structurer mettre sur tige, il y a un casier de bouteilles mais surtout du grillages et des bordures de jardin qui permettent des variétés hautes, rampantes…

l’herbe verte en bouteille et bidons de pétroles lacérés et chauffés. Les arbres en filets de jardin structurés par des fils de fer, montés sur des grilles de sèche linge. Les ronciers en fils barbelés et petite fleurs-baies en filet de légume permettent de sécuriser la falaise.

Les algues bleues en bouteille lacérés et chauffés, les coraux en gaine d’eau froide tronçonnés et ligaturés.

Les créatures en pneu, bouteilles, gaines, casque, aspirateur, tuyaux peuplent cette île, les serpents ont déjà choisi leur proies.

TECHNIQUES:

Beaucoup de plastiques ont été utilisés, pour leur couleurs, leur résistance au temps et intempéries. Le paradoxe, ils sont à usage unique malgré tout ça. Les objets récupérés sont géométriques, lisses. Par le détissage, la transformation à chaud, l’accumulation on passe à des matières molles qui s’approchent plus de la création naturelle. Les éléments ne sont pas cachés mais transformés ou recomposés.

APRES:

Des pièces seront choisies par la commune, les éléments manufacturés et en bon état seront mis de coté, le reste sera démonté, trié, recyclé au maximum.

PLACE DU PROJET DANS MA DEMARCHE DE RECYCLAGE DEPUIS +DE 20 ANS:

Ce fut l’’occasion d’utiliser des techniques et assemblages développés depuis des années avec les ateliers enfants de bricolage-recyclage, et de les pousser plus loin. Le thème de l’île est un bon prétexte pour aborder tous les éléments de la nature: végétation, l’eau, le sable, les rochers, les fleurs, les herbes, les algues, les animaux, les insectes. C’est un microcosme en déchet, il ne s’agit pas de recréer la nature qui est inimitable mais de s’en inspirer pour essayer de s’en approcher.

EVOLUTION DU PROJET:

L’île a pris une tournure très esthétique par la végétation entre autre. Vu quelques réactions au début de l’installation si l’île avait été un tas de déchets non organisés les discutions autour de l’oeuvre et du recyclage en général aurait été assez énervées et violentes, là les mêmes éléments travaillés, organisés, scénographiés permettent d’aborder le sujet du recyclage positivement. Le but n’étant pas d’accuser les gens de trop jeter mais qu’ils aient un autre regard sur leur consommation, ce n’est pas parce qu’on jète à la déchetterie que le problème n’existe plus (après c’est au mieux recyclé sinon incinéré ou enterré). Il y a une pression sociale et commerciale du tout beau, tout propre, une incitation à changer les meubles, l’électroménager … même s’ils remplissent encore leur fonction, inciter à vider pour mieux remplir. La force est peu être de s’en échapper en laissant faire mère nature et s’amuser à recycler.

Ce recyclage joyeux et coloré est plutôt une prise de conscience du potentiel énorme qu’ont nos déchets, il y a plein de choses à faire qui allieraient le pouvoir d’achat (si on consomme moins on en gagne assez logiquement) la création d’emplois dans le tri, la transformation; déplacer le plaisir de consommer à celui de bricoler (réparer, donner, échanger, transformer, recycler) c’est un jeu hyper satisfaisait, l’on peut même dire un art de vivre.

REMERCIEMENTS :

  • Communauté de Commune Centre Morbihan, Service culturel, la Saison Culturelle Kornek.
  • Personnel communal.
  • Déchetteries,
  • Intermarché pour ses palettes et ses filets de légumes,
  • Les habitants qui ont participés aux ateliers et apportés leur matières à recycler.
  • les classes qui sont venues participer à la création de l’île, échanger autour de la création, la consommation et le recyclage.
  • Les commerçants qui ont exposés des pièces dans leurs vitrines tout le mois de novembre.
  • Louise Simon et Archibald Simon pour leur aide au dossier, photos et textes.
  • Stéphane Ducatteau, super assistant technique dans le projet.
  • Janik Gouriou, scénographe et photographe à Vannes, aide à la mise en scène, au détissage et au soutient moral!

Suite à un appel à projet, c’est l’artiste plasticienne Angèle Riguidel qui a été retenue avec son projet La soixantième île, pour aborder les thèmes de l’accumulation et de notre rapport à l’objet dans notre société de consommation.

Construction de l’installation “la 60 eme île”, du 1er au 26 novembre 2021. Assemblage de matériaux récupérés auprès des entreprises locales, des déchetteries du secteur, des habitants. Performance de recyclage.

  • Recherche des créatures : à pattes, rampants, à plumes, écailles… avec des déchets encombrants, ménagers. Recherche de techniques pour tenir dehors aux intempéries.

    Recherche de végétaux : herbes, fleurs, algues, coraux… avec des déchets ménagers, vhs, bâches… Recherche de techniques sur les plastiques, les ligatures…

    Atelier dans la salle Kérivo à Saint Jean Brévelay, préparation des éléments, médiation, assemblages, matières…

  • Exposition novembre 2021 dans l’espace public des créatures de recherche pour la résidence. Saint-Jean-Brévelay, communauté de commune centre Morbihan.

  • Exposition de sculptures lumineuses dans les vitrines des commerces et à la médiathèque de Saint Jean Brévelay pendant le mois de novembre 2021.

la 60ème île

INSTALLATION ” LA SOIXANTIEME ÎLE “

Résidence, recherche avec la communauté de commune centre Morbihan à Saint-Jean-Brévelay, novembre 2021. Création d'une île en déchets, recyclage de déchets ménager, encombrants... avec la déchetterie de Saint-Jean-Brévelay et les habitants.
Résidence, recherche avec la communauté de commune centre Morbihan à Saint-Jean-Brévelay, novembre 2021. Création d’une île en déchets, recyclage de déchets ménager, encombrants… avec la déchetterie de Saint-Jean-Brévelay et les habitants.

et voilà l'île après un mois de résidence, les pièces du puzzle ont pris leur place. Visible à Saint-Jean-Brévelay pendant 1 an.

Construction de l'installation "la 60 eme île", du 1er au 26 novembre 2021. Assemblage de matériaux récupérés auprès des entreprises locales, des déchetteries du secteur, des habitants. Performance de recyclage.

Atelier dans la salle Kérivo à Saint Jean Brévelay, préparation des éléments, médiation, assemblages, matières...

Recherche des créatures : à pattes, rampants, à plumes, écailles... avec des déchets encombrants, ménagers. Recherche de techniques pour tenir dehors aux intempéries.

Recherche de végétaux : herbes, fleurs, algues, coraux... avec des déchets ménagers, vhs, bâches... Recherche de techniques sur les plastiques, les ligatures...

Résidence, recherche avec la communauté de commune centre Morbihan à Saint-Jean-Brévelay, novembre 2021. Création d'une île en déchets, recyclage de déchets ménager, encombrants... avec la déchetterie de Saint-Jean-Brévelay et les habitants.

Exposition novembre 2021 dans l'espace public des créatures de recherche pour la résidence. Saint-Jean-Brévelay, communauté de commune centre Morbihan.

Exposition de sculptures lumineuses dans les vitrines des commerces et à la médiathèque de Saint Jean Brévelay pendant le mois de novembre 2021.

Note d’intention
Angèle Riguidel
«La 60ème Île»
La Soixantième Île fait référence à ce qu’on appelle le 7ème continent, ce monstre de plastique1 qui fait 3 fois la superficie de la France et qui vogue sur l’océan Indien depuis sa découverte en 1997. Dans les faits, il semble que ces chiffres fassent plutôt référence à une concentration de micro- plastiques2 et non à un amas de déchets, mais le terme de « continent » laisse tout de même rêveur une fois la consternation passée. Si on parle d’île d’ici, c’est parce que le Morbihan en compte 59. Et la soixantième île serait la première île du département à se situer dans ses terres ! La Soixantième Île serait un support visuel et esthétique pour montrer l’impact réel de la surconsommation. L’idée est effrayante, mais serait joliment réalisée, et serait ainsi l’occasion d’un oxymore visuel qui séduit autant qu’il révulse. Si le sujet est terrible, la poésie n’est pas impossible, elle est même selon moi nécessaire pour toucher le public et le sensibiliser à un sujet contemporain incontournable tout en ouvrant l’imaginaire de chacun par l’émerveillement visuel. La Soixantième Île serait une expérience de recyclage en décalage avec mes projets précédents. Dans l’idéal, j’aimerais proposer aux habitants de la commune d’apporter leurs déchets sur le lieux de l’installation. Il s’agirait d’objets qu’ils auraient en temps normal déposé à la déchetterie ou sorti pour les encombrants. Si la matière vient à manquer, un accès à la déchetterie me permettrait d’avoir les éléments nécessaires à l’installation, pour être certaine d’avoir une multiplicité de matières, couleurs et textures. Pour ce qui est de la fabrication de l’île, le procédé serait le suivant. Après avoir réuni la matière apportée par les habitants et celle choisie à la déchetterie, le premier moment d’assemblage résidera dans le montage des reliefs avec les éléments les plus imposants (certainement ceux qui seront « sauvés » des encombrants). Cette première étape est la confection des éléments paysagers en volume (plages, arbres, côtes ou rochers). Chemin faisant, il s’agira de tout fixer et sécuriser. Quand l’Île trouve son volume, il faut la ligaturer, la visser, la boulonner et la coller pour former un tout qui pourra être exposé de façon stable pendant au moins un an et qui ne soit pas un danger pour un public aventureux. Enfin, l’étape finale consiste à faire habiter l’île : ce sont des monstres et chimères, tout droit sortis de nos poubelles qui peuplent un tel paysage. On imagine trop souvent l’apocalypse vide d’habitants, mais d’autres formes de vies peuvent surgir et être conçues dans un contexte imaginaire. Les créatures extraordinaires et monstres difformes peuvent entrer dans le même imaginaire que celui des habillages, en moules et coquillages. Des crustacés qui s’accrochent à cette île impliquent la preuve visuelle d’un temps et d’une nature qui reprennent le dessus. Mon travail est basé sur le recyclage depuis plus de vingt ans. Au fil des années et des expérimentations, j’ai acquis des techniques d’assemblage et de bricolage variées. Mais ce que j’ai certainement le plus musclé c’est ma capacité à voir et envisager les objets de façon astucieuse et poétique… 

texte rédigé avec Louise SIMON

Construction de la 60ème île, 100% recyclage de déchetsConstruction de la 60ème île en image.

Objets utilisés pour la composition de “La 60ème île”

  • RELIEF : palettes récupérées auprès des entreprises locales.
  • ROCHERS : bidons coupés de pétrole, eau de javel, dé-moussage…
  • SOL : tentes de camping, matelas pneumatique, tapis, sacs de houblon, poncho, toiles de parasol, toiles de jardinage, toile de barnum.
  • SABLE : pouches en toile de plastique, sacs de houblon, fond de tente de camping.
  • MER : fonds et tours de piscines crevées.
  • TERRE : tentes de camping.
  • HERBES : bouteilles et bidons verts lacérés et chauffés, sacs de houblon détissés.
  • ALGUES ET CORAUX : bouteilles bleues lacérés et chauffées, gaines d’eau froide tronçonnées, bâches bleues détissées.
  • ARBRES : filets de maraîchers cousus sur des grilles de sèche linge, tronc en tubes et gaines de chantier bleues, Pare-vue cousu avec du fil de fer, tiges en métal enrobées et tuteurs en plastique.
  • FLEURS : yaourts, petits suisses, crèmes dessert et filets de légumes ligaturés, chauffés, roulés, tiges avec casiers à bouteilles, grilles de sèche linge, grillages, bordures.
  • CREATURES :
  • AILERONS DE REQUINS : planche de plage en polystyrène gainée de bâche noire.
  • MOUSTIQUES : bouteilles d’eau, balles et grille de cage à lapin.
  • LIEVRE-lapin kangourou : pneus, semelles de chaussure.
  • ROUGE A 4 PATTES : bidons sur pied de chaise, tube de karcher, balais.
  • ESCARGOT : dérouleur et tuyau d’arrosage, gaine électrique, tube d’aspirateur.
  • SINGE : siège auto et aspirateur.
  • SERPENTS : tubes d’aspirateurs et selles de vélo.
  • 1000 PATTES : conduit de cheminée, tubes d’aspirateurs, morceau de moto enfant.
  • CRABE ROUGE : moto enfant recomposée.
  • PIEUVRE : pneus de VTT et chambre à air.
  • ARAIGNEE ROUGE : gaine d’eau chaude et flacon de lessive.
  • SCARABES : casques de vélo gainés de pneu, jeux de plage; pattes en grille de cage à lapin, fourreaux électriques.
  • ARAIGNEES NOIRES : grille de cage à lapin et fourreau électriques.

    la 60ème île, 100% recyclage de déchets
    la 60ème île, 100% recyclage de déchets.

Banadel

Banadel05. Banane bretonne Assemblage fruit décoratif en plastique, chaussure et chapeau de poupée.
Banane bretonne Assemblage fruit décoratif en plastique, chaussure et chapeau de poupée.

Banane bretonne Assemblage fruit décoratif en plastique, chaussure et chapeau de poupée.

Année de création: 2021.

Dimensions: 19 x 6 x 11 cm.

Poids: 0.15 kg.

Matières: plastique.

Composition: banane décorative en plastique, chaussure et chapeau de poupée.

Pièce unique.

Pièces parentes:  Bananes Bitosore, Banini,   Bastiole,    Dianane    BanAne

Breton banana Assembly decorative plastic fruit, shoe and doll hat.

BanAne

BanAn01. Banane à quatre pattes, assemblage fruit décoratif et  jambes de poupée, yeux de jouets. plastique,
Banane à quatre pattes, assemblage fruit décoratif et  jambes de poupée, yeux de jouets. plastique,

Banane à quatre pattes, assemblage fruit décoratif et  jambes de poupée, yeux de jouets. plastique,

Année de création: 2021.

Dimensions: 18 x 4 x 16 cm.

Poids: 0.12 kg.

Matières: plastique.

Composition: banane décorative en plastique, jambes de poupée, yeux de jouets.

Pièce unique.

Pièces parentes:  Bananes Bitosore, Banini,   Bastiole,   Banadel,   Dianane    

Four-legged banana, decorative fruit assembly and doll legs, toy eyes. plastic,

Bananes

Bananes01Détournement de bananes en plastique.

Année de création: 2021.

Assemblages avec bananes décoratives en plastique, jambes de poupée, yeux, chapeaux.

Pièces parentes:    Bitosore, Banini,   Bastiole,   Banadel,   Dianane    BanAne

Plastic banana hijacking. Assembly of decorative objects, popular art,