la 60ème île

INSTALLATION ” LA SOIXANTIEME ÎLE ”
ANGELE RIGUIDEL, ARTISTE PLASTICIENNE
Novembre 2021 – Saint Jean Brévelay
Suite à un appel à projet, c’est l’artiste plasticienne Angèle Riguidel qui a été retenue avec son projet La soixantième île, pour aborder les thèmes de l’accumulation et de notre rapport à l’objet dans notre société de consommation. Elle s’installera à Saint Jean Brévelay pendant tout le mois de novembre, période pendant laquelle elle mènera son projet artistique avec les habitants. Il s’agira dans un premier temps de monter les reliefs et les éléments paysagers de l’ile en volume puis de faire habiter l’ile de crustacés et de créatures extraordinaires entièrement avec des objets récupérés. Pendant cette période de résidence, seront organisés des rencontres avec l’artiste, des ateliers pour expérimenter et comprendre la démarche de création de l’artiste ainsi qu’une exposition de ses travaux de recherche. De cette résidence ” naitra ” une surprenante installation à découvrir prochainement près de chez vous ! Vernissage de l’œuvre le samedi 27 novembre.

Centre Morbihan Culture- Programme de la saison culturelle Kornek 2021

Croquis la60emeile. Projet proposé en juin 2021.
Projet proposé en juin 2021.

Note d’intention
Angèle Riguidel
«La 60ème Île»
La Soixantième Île fait référence à ce qu’on appelle le 7ème continent, ce monstre de plastique1 qui fait 3 fois la superficie de la France et qui vogue sur l’océan Indien depuis sa découverte en 1997. Dans les faits, il semble que ces chiffres fassent plutôt référence à une concentration de micro- plastiques2 et non à un amas de déchets, mais le terme de « continent » laisse tout de même rêveur une fois la consternation passée. Si on parle d’île d’ici, c’est parce que le Morbihan en compte 59. Et la soixantième île serait la première île du département à se situer dans ses terres ! La Soixantième Île serait un support visuel et esthétique pour montrer l’impact réel de la surconsommation. L’idée est effrayante, mais serait joliment réalisée, et serait ainsi l’occasion d’un oxymore visuel qui séduit autant qu’il révulse. Si le sujet est terrible, la poésie n’est pas impossible, elle est même selon moi nécessaire pour toucher le public et le sensibiliser à un sujet contemporain incontournable tout en ouvrant l’imaginaire de chacun par l’émerveillement visuel. La Soixantième Île serait une expérience de recyclage en décalage avec mes projets précédents. Dans l’idéal, j’aimerais proposer aux habitants de la commune d’apporter leurs déchets sur le lieux de l’installation. Il s’agirait d’objets qu’ils auraient en temps normal déposé à la déchetterie ou sorti pour les encombrants. Si la matière vient à manquer, un accès à la déchetterie me permettrait d’avoir les éléments nécessaires à l’installation, pour être certaine d’avoir une multiplicité de matières, couleurs et textures. Pour ce qui est de la fabrication de l’île, le procédé serait le suivant. Après avoir réuni la matière apportée par les habitants et celle choisie à la déchetterie, le premier moment d’assemblage résidera dans le montage des reliefs avec les éléments les plus imposants (certainement ceux qui seront « sauvés » des encombrants). Cette première étape est la confection des éléments paysagers en volume (plages, arbres, côtes ou rochers). Chemin faisant, il s’agira de tout fixer et sécuriser. Quand l’Île trouve son volume, il faut la ligaturer, la visser, la boulonner et la coller pour former un tout qui pourra être exposé de façon stable pendant au moins un an et qui ne soit pas un danger pour un public aventureux. Enfin, l’étape finale consiste à faire habiter l’île : ce sont des monstres et chimères, tout droit sortis de nos poubelles qui peuplent un tel paysage. On imagine trop souvent l’apocalypse vide d’habitants, mais d’autres formes de vies peuvent surgir et être conçues dans un contexte imaginaire. Les créatures extraordinaires et monstres difformes peuvent entrer dans le même imaginaire que celui des habillages, en moules et coquillages. Des crustacés qui s’accrochent à cette île impliquent la preuve visuelle d’un temps et d’une nature qui reprennent le dessus. Mon travail est basé sur le recyclage depuis plus de vingt ans. Au fil des années et des expérimentations, j’ai acquis des techniques d’assemblage et de bricolage variées. Mais ce que j’ai certainement le plus musclé c’est ma capacité à voir et envisager les objets de façon astucieuse et poétique… 

texte rédigé avec Louise SIMON

Forme de l’île, relief et implantation dans la ville.
Recherche sur les créatures peuplant l’île.
Recherche d’herbes, fleurs, algues, coraux, branchages, arbres…

TOURVILLE-LA-RIVIERE

Exposition à la Mairie de Tourville-la-Rivière
Salle des Actes
Exposition du 15 au 30 septembre 2021
du lundi au vendredi 9h à12h et de 13h30 à 17h30

Recyclage sous 3 formes, 3 démarches, 3 façons d’assembler:

Cabinet de curiosités avec les pièces lumineuses, chaque pièce est réfléchie et construite avec les objets qui la compose.

VHS, principe de recyclage appliqué sur des formes, habillage en bande magnétique.

Constructions Boschiennes, camouflage des éléments formels par des poudres et pigments. Tout en intégrant des objets réels. Tentative de se rapprocher d’une réalité picturale.

Banadel

Banadel05. Banane bretonne Assemblage fruit décoratif en plastique, chaussure et chapeau de poupée.
Banane bretonne Assemblage fruit décoratif en plastique, chaussure et chapeau de poupée.

Banane bretonne Assemblage fruit décoratif en plastique, chaussure et chapeau de poupée.

Année de création: 2021.

Dimensions: 19 x 6 x 11 cm.

Poids: 0.15 kg.

Matières: plastique.

Composition: banane décorative en plastique, chaussure et chapeau de poupée.

Pièce unique.

Pièces parentes:  Bananes Bitosore, Banini,   Bastiole,    Dianane    BanAne

Breton banana Assembly decorative plastic fruit, shoe and doll hat.

BanAne

BanAn01. Banane à quatre pattes, assemblage fruit décoratif et  jambes de poupée, yeux de jouets. plastique,
Banane à quatre pattes, assemblage fruit décoratif et  jambes de poupée, yeux de jouets. plastique,

Banane à quatre pattes, assemblage fruit décoratif et  jambes de poupée, yeux de jouets. plastique,

Année de création: 2021.

Dimensions: 18 x 4 x 16 cm.

Poids: 0.12 kg.

Matières: plastique.

Composition: banane décorative en plastique, jambes de poupée, yeux de jouets.

Pièce unique.

Pièces parentes:  Bananes Bitosore, Banini,   Bastiole,   Banadel,   Dianane    

Four-legged banana, decorative fruit assembly and doll legs, toy eyes. plastic,

Bananes

Bananes01Détournement de bananes en plastique.

Année de création: 2021.

Assemblages avec bananes décoratives en plastique, jambes de poupée, yeux, chapeaux.

Pièces parentes:    Bitosore, Banini,   Bastiole,   Banadel,   Dianane    BanAne

Plastic banana hijacking. Assembly of decorative objects, popular art,